Nos conditions générales de vente (mise à jour avril 2021)

Nous proposons, dans notre catalogue, 3 grands types de prestations : des descentes de Loire accompagnées, non accompagnées, des prestations sur le plan d’eau de l’Ile Charlemagne

Nous pouvons à la demande organiser et proposer des prestations différentes qui se négocient au coup par coup. Ces prestations ont une durée définie dans le temps, en général, sur une demie ou une journée (nous consulter pour des demandes différentes – plusieurs jours par exemple). 

Conditions de participation 

Tous les participants à ces prestations attestent savoir nager au moins 25 mètres et pouvoir s’immerger la tête sous l’eau (une attestation papier peut être demandée notamment pour les enfants mineurs). 

L’âge minimum requis est de 7 ans.

Les enfants mineurs sont placés sous la responsabilité des parents ou d’un ou plusieurs encadrants. Il sera demandé aux enfants mineurs de présenter une autorisation parentale s’ils ne sont pas accompagnés par un responsable légal ou un encadrant. 

Modalités de réservation 

Les personnes ou /et groupes intéressés peuvent demander l’établissement d’un devis.  La participation à nos prestations s’effectuent en général sur réservation, un minimum de 48 heures est requis. 

Les demandes de réservation peuvent se faire par téléphone (0686008045), par internet (ckco.orleans@gmail.com ou notre site ckco.fr), directement sur place.

La réservation ne devient ferme et définitive qu’après accord du CKCO et versement d’arrhes le cas échéant. 

Le prix de la prestation est convenu au moment de la réservation , il est ferme et définitif. En cas de prestation de groupe, le prix final sera ajusté en fonction du nombre réel de participants.  A la demande de réservation, il peut être exigé le versement d’arrhes, 30 % du prix de la prestation. En cas d’annulation de notre part ces arrhes sont intégralement remboursées. En cas d’annulation de votre part moins de 48 heures avant la date prévue de mise en œuvre les arrhes sont conservées par le club

Contenu de la prestation 

Nos prestations comprennent le transport par nos propres moyens du lieu de rendez vous (Ile Charlemagne) au lieu de départ. La fourniture d’un matériel adapté à cette pratique, conforme aux législations en vigueur et aux normes de sécurité (Kayak, canoë, pagaies, bidons, gilets de sauvetage). Les conseils de prise en main du matériel et le rappel des règles de sécurité. 

Une assurance individuelle obligatoire, dite titre Tempo, incluse dans le montant de la prestation, souscrite par le club auprès de la MAIF. 

Le cas échéant, en fonction de la prestation, l’accompagnement par un ou plusieurs cadres du club, habilités par le Président du club du fait de leur diplôme (Moniteur, aspirant moniteur) ou personnes confirmées dans la pratique. 

Annulation 

Les participants ont la possibilité d’annuler leur participation. Un délai de 48 heures avant la date prévue est souhaitée, sauf en cas d’évènement imprévu de dernière minute. 

Le club se réserve le droit d’annuler la prestation en raison des risques liés notamment aux intempéries (orage , crue…) ou du fait du non respect des règles de participation (âge minimum, savoir nager…) Aucune indemnité ne pourra être exigée par les personnes. Le club remboursera les arrhes versées. 

Modalités de règlement 

Le règlement des prestations s’effectuent au moment du départ, par le moyen d’espèces,
chèques bancaires , chèques vacances , CAF… ou CB
. Une note est remise lorsque la prestation est supérieure ou égale à un prix de 25 euros TTC.


Pour les prestations de groupe, notamment celles ayant donné lieu à un devis, une facture
sera adressée au commanditaire, à régler sous huitaine. Le paiement pourra s’effectuer par
chèque bancaire à l’ordre du CKCO ou par virement. A défaut une relance sera effectuée.

Responsabilité 

En cas de prestation non accompagnée, le bénéficiaire navigue sous sa propre responsabilité. Il s’engage à respecter les consignes de sécurité données avant le départ par l’agent du club. Il s’engage à restituer le matériel mis à sa disposition propre et en bon état (le matériel non rendu ou détérioré lui sera facturé).

Les mineurs sont placés sous la responsabilité des parents ou d’un tuteur légal. Il s’engage à respecter l’environnement qu’il traverse (respect des zones interdites, zéro déchet…) 

En cas de prestation accompagnée, l’accompagnant est responsable de la sécurité des bénéficiaires.

Médiation

Conformément à l’article L. 612-1 du Code de la consommation, dans un délai d’un an à compter de sa réclamation écrite, le consommateur, sous réserve de l’article L.152-2 du code de la consommation, a la faculté d’introduire une demande de résolution amiable par voie de médiation, auprès de 

Quelques conseils …

Afin de profiter pleinement de ces prestations, nous conseillons aux participants de se munir de vêtements adaptés (ne craignant pas l’eau ) et de chaussures fermées. 

N’oubliez pas crème solaire, casquette et eau pour se désaltérer. 

Bonne navigation !

L’Ecluse de la Patache à Combleux

L’ancienne Maison de l’Eclusier domine encore l’entrée du canal

C’est un havre bien connu des kayakistes et des paddlers, repère protégé qui rime souvent avec la pause d’après la remontée de la Loire depuis la base de l’île Charlemagne, et où on prend le temps d’échanger ses impressions, en commentant les courants, le sens et la force du vent, la faune que l’on a eu la chance de croiser ; entre hérons majestueux, castors bâtisseurs, et silures flegmatiques.

Ce lieu emblématique, c’est l’écluse de la Patache , à Combleux. On s’y abrite, derrière quelques toues amarrées en aval, à l’ombre de ses remparts, souvent peuplés de flâneurs qui vous regardent, curieux et profitant du panorama qu’offre le site qui surplombe le fleuve royal.

Mais connaissez-vous l’histoire de ce lieu ?

La construction de l’écluse de la Patache a débuté en 1831 et a duré dix ans.

Le site comprend une écluse dont les portes étaient autrefois actionnées par des balanciers, une maison éclusière et une maison de contrôle. Près de l’embouchure en Loire, un rouleau fixé verticalement au sol avait pour fonction de faciliter le halage à l’endroit où le trajet des bateaux dessine une courbe. C’est donc là que le canal d’Orléans rejoignaient la Loire (tronçon du bief de Combleux). 

Le Canal d’Orléans a lui été construit lors du dernier quart du XVIIe siècle puis prolongé au début du XXe siècle. En 1676, Robert Mahieu (marchand de bois) obtient l’autorisation du duc d’Orléans pour creuser une voie d’eau destinée au transport du bois de la forêt d’Orléans entre Grignon (commune de Vieilles-Maisons-sur-Joudry) et Cepoy sur le Loing. Ce premier canal, long de 28 km et large de 2 m est terminé deux ans plus tard. A l’époque, les ouvrages sont en bois. En 1679, Mahieu cède l’ouvrage au duc d’Orléans qui souhaite le prolonger à ses frais jusqu’à la Loire à Combleux près d’Orléans pour l’exploiter à son profit. Le duc prend alors conscience des difficultés de cette entreprise et cède ses parts le 25 avril 1681 à des financiers, Simon Lambert (architecte du Roi) et Dominique Richemond (greffier au conseil du Roi) qui s’engagent à creuser le canal en six ans. Ils ne tiennent pas leur promesse et le Duc d’Orléans reprend ses droits en décembre 1686 et confie le chantier à Jean de Creil, intendant de la Généralité d’Orléans, qui achève le canal en 1691.

Le premier bateau circule en 1692.

En 1797, le canal est confisqué sous le Directoire puis, la même année, la gestion du canal est confiée à un régisseur du nom de Bellesme. En 1807 l’Empereur supprime la régie et on crée en 1809, la Compagnie des canaux d’Orléans et du Loing. En 1863, le canal d’Orléans est placé sous le contrôle de l’administration des Ponts-et-Chaussées et, afin d’accroitre son attrait commercial, on le prolonge de quelques kilomètres de Combleux à Orléans au début du XXe siècle (de 1908 à 1921). On construit l’usine électrique de Fay-aux-Loges à la même époque (1910 à 1912) pour renforcer son alimentation en eau.

Malgré la modernisation de quelques écluses, le trafic est trop faible et le canal est finalement déclassé en 1954. 

Bertrand Deshayes, marinier de Loire, nous raconte le Canal d’Orléans et l’origine du nom de l’écluse, dans un reportage de France 3 Centre-Val-de-Loire.

 

OUVERTURE DU CLUB suite aux décisions gouvernementales

Si vous vous demandez si les dernières décisions gouvernementales vous autorisent à naviguer, la réponse est OUI !

Enfin si vous habitez à moins de 10 km de votre lieu d’embarcation ou si vous faites partie des publics prioritaires. Le club reste ouvert.


Le ministère des sports a communiqué aujourd’hui à ce sujet et le siège fédéral a relayé l’information. Vous pouvez retrouver les détails sur le site du ministère des sports ou sur celui de la FFCK. 


https://www.sports.gouv.fr/accueil-du-site/actualites/article/application-des-decisions-sanitaires-pour-le-sport-a-partir-du-3-avril

https://www.ffck.org/2021/04/03/mise-a-jour-des-mesures-sanitaires/

Les collégiens de l’établissement Saint Paul Bourdon Blanc à l’abordage !

Depuis le début de l’année scolaire 2020/2021, une convention, à l’initiative du CKCO et des enseignants du collège, a été signée entre le CKCO et le collège St Paul Bourdon Blanc. Ainsi les élèves de 5 ème bénéficient de séances de canoë pendant leurs séances d’éducation physique et sportive.

Clara, encadrante CKCO, expliquant les consignes de la séance


Dès octobre 2020, un premier cycle a permis aux jeunes de découvrir la pratique de la pagaie en Loire, à deux pas du collège, et ce, en toute sécurité. Les séances étaient encadrées par Ludovic – salarié du CKCO accompagné du professeur d’EPS.

Les collégiens ont pu s’essayer aux kayaks biplace d’initiation dits « sit-on-top ».

Au programme, des premières sensations à bord de canoë pour découvrir les bases de la direction et le maniement de la pagaie, et depuis le 10 mars 2021, un deuxième cycle a débuté sur le canal qui est redevenu navigable. Les jeunes ont pu s’essayer aux kayaks dits « sit-on-top ». Ils pourront bientôt découvrir, pour les plus à l’aise, sur des kayaks pontés (modèle plus instable) afin de travailler la vitesse et de parfaire leur technique de direction.

Sport de plein air, le canoë-kayak offre une fenêtre sur l’environnement ligérien et sa riche biodiversité, même en milieu urbain

Dans un contexte sanitaire compliqué pour les cours d’EPS, la pratique en plein air, et notamment celle du canoë-kayak s’avère être une véritable bouffée d’oxygène pour les collégiens (et leurs professeurs).

Sport de plein air, le canoë-kayak offre une fenêtre sur l’environnement ligérien et sa riche biodiversité, même en milieu urbain. Un projet pluridisciplinaire est d’ailleurs à l’étude avec un professeur de Sciences de la Vie et de la Terre pour la rentrée prochaine.


Les mines ravies des adolescents ne trompent pas : malgré la fraîcheur printanière, ils sont heureux et motivés pour enfiler leur combinaison et se lancer dans cette pratique sportive « qui change de d’habitude ».

Une quinzaine de collégiens poursuit même l’aventure le mercredi après-midi à l’école de pagaie

Une quinzaine de collégiens poursuit même l’aventure le mercredi après-midi à l’école de pagaie avec Ludovic sur la base de l’Île Charlemagne. De quoi susciter des vocations et prendre une licence au club les jeunes? Le CKCO vous attend et vous accueillera avec plaisir.

Randonnée sur la Conie – 20 mars 2021

Il faisait encore un peu frais ce samedi 20 mars, mais nous avons profité de l’organisation de l’ACKVL et du couvre-feu repoussé à 19h pour aller découvrir ou re-découvrir la Conie.

Cette rivière qui coule au cœur de la Beauce offre un décor improbable.

Des arbres asphyxiés à la suite d’un changement de niveau de la nappe phréatique de Beauce, des carex au milieu de la rivière qui poussent sur les souches d’arbres coupés… 

Une sortie conviviale, accessible à tous et à tout type d’embarcation.

Randonnée en Loire de Sandillon à Orléans – 27 février 2021

« 27 enthousiastes pagayeurs de tout bord »

Ce samedi 27 février, le Canoë Kayak Club Orléans a organisé une randonnée/descente de Loire, départ des bords de Loire au niveau de Sandillon et arrivée aux locaux du club, par le bras de Loire, le Rio, à la base nautique de l’Île Charlemagne.

Nous étions 27 enthousiastes pagayeurs de tout bord, confirmés et débutants, en canoë, en kayak, en paddle, en solo ou à deux, à profiter des conditions exceptionnelles que nous offrait ce weekend d’hiver ensoleillé.

Une agréable pause à l’écluse de Combleux

Les plus assurés s’amusaient du petit vent de nord-est qui créait un clapot joueur aux abords de Chécy, tandis que tous se laissaient porter par la brise et le courant après une agréable pause à l’écluse de Combleux.

La bonne humeur dominait largement avec un retour au club pour le couvre-feu de rigueur !

Agnès Legroux, nouvelle présidente du CKCO

Élue au dernier comité directeur du CKCO, Agnès Legroux va prendre les rennes de la présidence du CKCO à la suite de Nathalie Pesquet.

46 ans, pratiquante des disciplines du canoë kayak depuis 1987 (d’abord en slalom et descente puis, plus tardivement, en course en ligne). Agnès est médaillée aux Championnats de France de descente en canoë en 1995 et 1997. Elle est titulaire des diplômes de moniteur fédéral eaux vives et entraineur course en ligne en 1998.

Athlète de haut niveau sur liste ministérielle et membre de l’équipe de France de 2009 à 2020, d’abord en athlétisme puis en canoë kayak et représentante de la France en tant que finaliste aux Jeux Paralympiques de Rio en 2016.

Et « en même temps », Agnès est actuellement membre du Conseil Fédéral de la la Fédération Française de Canoë-Kayak et sports de pagaie (FFCK).

Il fait froid cette semaine de février 2021 ? Au CKCO, on s’adapte !

Nos jeunes adhérents de ce mercredi 10 février ont bien apprécié le changement de programme ! Et oui, un kayak, après tout, c’est fait pour glisser. Alors si la température n’est pas propice à aller sur l’eau, alors, allons sur la neige !

Sur l’eau, en dessous de 0°, la pratique est possible, mais il faut suivre quelques règles de bon sens

UN LICENCIE du CKCO doit TOUJOURS avoir un matériel adapté, TOUJOURS pratiquer à minima en binôme, TOUJOURS avoir un gilet de sauvetage – même en course en ligne sur le plat.

Un choc thermique – en cas de dessalage, ça pardonne pas… A bon entendeur !

Et puis, ce n’est jamais que partie remise, dans quelques jours, ce sera le retour du printemps, de l’eau plein les rivières.